KAIDAN – Histoires étranges –

kaidan sur le juboko, des historie étranges sur l'arbre vampire
L’arbre qui saignait
Jubokko

Les terres fertiles rendues stériles par la haine des hommes. La guerre défigurant le paysage sous les cris des guerriers, rendant l’érosion des montagnes plus agressive encore que des milliers de couteaux.
Les larmes des femmes et des enfants faisaient pourrir les cultures ayant pour témoin le ciel, témoin de l’horreur qu’engendrait l’espèce humaine. Tout ce qui était vert mourait. 

Seul le sang versé subsistait, inondant ce qui était jadis les grandes rizières japonaises… 
Mais alors que le sang se mêlait à l’eau, l’empoisonnant lentement, un arbre pompa, pompa toute l’eau infâme, jusqu’à devenir entièrement noir.

Alors, tout autour de lui, le brouillard se leva, le laissant à présent trôner au centre d’un marécage putride. Cimetière de cadavres et de vase qui, malgré l’inquiétante et repoussante vision du lieu, laissait une douce odeur fruitée s’en dégager.
Envoûtant les malheureux égarés, ces derniers finissaient dévorés, empalés sur les branches, devenant eux-mêmes une partie de l’arbre…

Ceux ayant survécu le décrivent comme démoniaque :
 une gigantesque main tendue vers le ciel qui cache la lumière du soleil… Une main qui, fut un temps, demandait à l’aide…

Le Jubokko : Selon le folklore, il apparaît sur d’anciens champs de bataille où de nombreuses personnes sont morte. Par la suite, il devient un arbre yōkai en aspirant de grandes quantités de sang des mort. Lorsqu’un être humain passe par là, il capture la victime et, transformant ses branches en forme de tube, aspire le sang de sa victime. On dit qu’un Jubokko qui aspire la vie des êtres humains de cette manière conserve toujours une apparence fraîche. Lorsqu’un Jubokko est coupé, ce n’est ps de la sève mais du sang qui s’écoule.

Découvrir une autre histoire : Teru Teru Bozu

Au travers de comptines, de contes ou de légendes découvrez le folklore plein de beauté, de magie mais aussi d’horreur venu du Japon.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :