Histoire étrange -2- Kaidan

Teru teru bozu

Teru-teru-bozu, teru bozu
Fais que demain soit une journée ensoleillée
Comme parfois le ciel en rêve
S’il fait beau je te donnerai un grelot d’argent
Teru-teru-bozu, teru bozu
Fais que demain soit une journée ensoleillée
Si tu réalises mon rêve
Nous boirons beaucoup de saké sucré (amazake)
Teru-teru-bozu, teru bozu
Fais que demain soit une journée ensoleillée
Car s’il fait nuageux et que tu pleures
Je devrai te couper la tête

Elle pleure.
Pour que les champs restent verdoyants et fertiles, elle pleure.
Couvrant le ciel d’épais nuages gris, elle pleure, tandis qu’un enfant joue sous sa pluie.
Sa tête coiffée d’un parapluie, un peu voûté pour protéger sa lanterne de papier, le petit chante à tue-tête, d’une voix joyeuse, un refrain macabre. Un refrain parlant d’une promesse non tenue, laissant le ciel abattre des trombes d’eau sur le village.
Le garçon parapluie chantonne pour les poupées accrochées en guirlande aux fenêtres des paysans.
Elle se lamente.
Ses épaules parées de sa longue chevelure noire se confondent étrangement avec son corps partiellement liquéfié. Son visage est constamment inondé de tristesse, tant et si bien qu’on pourrait craindre qu’elle s’y noie.

Son visage est constamment inondé de tristesse, tant et si bien qu’on pourrait craindre qu’elle s’y noie. Dans la vallée, les aigus de sa voix cristalline résonnant pareils à l’écho du vent sifflant entre les cimes rendent ses thrènes captivants… La Dame de pluie semblable à une sirène de montagne veille à ce que toujours les nuages voilent la clarté des toits.

Elle fera pleuvoir, car elle pleure pour leurs prières.
Elle fera pleuvoir, car elle pleure de la désinvolture du garçon qui saute de flaque en flaque.
Elle fera pleuvoir, car elle pleure pour leur sort et ce couplet qu’on oublie souvent…

Elle fera pleuvoir, car leurs têtes faites de papier et de tissus gorgés de ses larmes s’élèveront dans le ciel pour former des nuages.
Et la pluie ne s’arrêtera pas…

Comptine : teru teru bozu
Yokaï : Ameonna et Amefurikozõ

Laisser un commentaire